Chateau Perché : L'arboretum de la Balaine

Chateau Perché : L'arboretum de la Balaine

Épilogue

Cette année c’est dans l’arboretum privé le plus ancien de France que nous avons fait la fête, à travers les différents jardins inspirés de l’architecture anglaise du XIXe siècle.

Cette édition ne déroge pas à la règle, et voit, le temps de quelques jours, des milliers de festivaliers affluer de tous horizons dans le décor idyllique d’un château apprêté pour l’occasion.

Avec un terrain de jeu qui se métamorphose tout les ans, chaque édition du Château Perché possède ses propres secrets, que les festivaliers essayent de découvrir au fur et à mesure du festival. Sans dire que nous avions réussi à tous les percer à jour (on est pas si malin) nous avions quand même envie vous raconter ce que nous avions découvert au cours de nos pérégrination sous l’égide de Perchépolis

Cette année, une chose détonnait du reste: l'immensité du terrain. Car même si nous étions prévenus qu'il y aurait 11 scènes, il était difficile de s’en rendre compte sans être sur place. Il fallait presque une bonne heure pour faire le tour du domaine et parcourir chaque scène, ce qui rendait l'expérience vraiment immersive.

Cette configuration (une grosse capacité et un grand nombre de "petites" scènes) est quelque chose que l’on retrouve pas mal dans certains festivals, (notamment en Allemagne avec le Feel ou le Fusion) mais peu en France. Mon point: c'était surement une première pour beaucoup de festivaliers.

Chapitre 1 : L'entrée

Comme chaque année, il faut faire la queue un certain moment avant de pouvoir accéder au site du festival et au camping, on a beau venir en avance, on finit quand même souvent par monter sa tente de nuit. Heureusement ce temps d’attente ou l’on avance lentement en voiture est aussi une occasion de se faire ses premiers potes de festival et de partager un verre avec les gens de devant et de derrière.

Le temps de l’entrée et des préparatifs terminés, vient le moment d’enfiler son plus bel habit de lumière afin de partager un apéro bien mérité avec son équipe finalement au complet. S’en suit un des meilleurs moments de tout festival qui se respecte, mais plus particulièrement encore au Château ; la découverte des scènes et du lieu, qui rappelons-le change chaque année, créant ainsi une expérience unique et un perpétuel renouvellement.

Chapitre 2 : L'euphorie

Un petit jeu bien connu des habitués du Château perché : trouver toutes les scènes qui sont articulées autour d’un dédale de chemin et de passages éclairés par différentes sortes de choses allant des guirlandes aux installations les plus loufoques et psychédéliques. Un jeu du quel on sort difficilement vainqueur tant il y a de choses à découvrir.

Le premier tour de notre futur terrain de jeu se fait donc de nuit, ce qui laisse naturellement une opportunité pour une deuxième découverte de jour, qui permet toujours de dénicher des sentiers ou installations cachées. Alors que le matin se lève on se retrouve donc à “La Verrière” pour profiter des derniers sets de la matinée avant que le premier jour ne soit vraiment finit.

Il est 11h du matin, des petites pluies intermittentes viennent amuser les festivaliers que rien n’arrête, encore moins ceux qui ont un parapluie quelque part dans leur accoutrement. L’ambiance est électrique et à ce moment on sait tous qu’on est au bon endroit, au bon moment.

Chapitre 3 : La cascade

Malheureusement, la météo n’a pas fait preuve de beaucoup de clémence pour cette édition et nous avons été les victimes joyeuses du plus gros déluge qui se soit abattu sur le festival depuis ses débuts. Des torrents de pluie qui viendront rendre difficiles les déplacements, le camping mais surtout la bonne gestion des scènes tant pour le matériel que pour les scénographies. C’est donc avec un grand désarroi que nous apprenons la fermeture de certaines des scènes, pour des raisons indépendantes de la volonté des organisateurs.

Dans cette épreuve a laquelle les festivaliers ont dû faire face, subsiste néanmoins l’envie et l’amour de la fête ; tant qu’il y a de la musique, il y a des gens qui dansent. En traversant ce qui ressemble de temps en temps a un décor post apocalyptique on aperçoit encore des fêtards qui dansent, d’autres qui ont trouvé refuge dans une installation improbable ou encore dans un menu de restaurant.

Le déluge passé, la fête continuera de battre son plein jusqu’au bout sans accroc, on regrettera juste que certaines scènes n’aient pas pu ré-rouvrir.

Prologue

Bonne humeur et amour de la fête font toujours bon ménage ici. Avec ses allures de jeu de piste XXL, Château Perché parvient encore une fois à se différencier du schéma de festival classique “scène + enceintes + artiste”. L’expérience forme un “tout” pluridisciplinaire ou les performances artistiques ne sont pas seulement réservées aux DJ & musiciens, mais aussi aux scénographes et toute autre sorte de stands loufoques disposés de par le festival.

Cette faculté à nous surprendre, est surement l’aspect le plus séduisant de Château Perché, qui nous pousse chaque année à renouveler l’expérience et traverser la diagonale du vide.

Au vu du grand nombres de scènes, c'est comme si plusieurs festivals se déroulaient tous les jours. Ce pote que vous aviez perdu au début du festival n'aura surement pas écouté ni vu la même chose que vous. Il était donc assez plaisant de se laisser guider par la musique, en quête de la scène qui allait faire mouche dans votre cœur.

De grandes phrases pour dire qu’au final, on s’est bien marré, et que comme chaque année maintenant, on vous donne rendez vous l’été prochain, au camping C.


ADE 2019 : Le marché français mis en lumière

ADE 2019 : Le marché français mis en lumière

"Mixed Feelings" : le très prometteur premier EP de Noraa enfin disponible !

"Mixed Feelings" : le très prometteur premier EP de Noraa enfin disponible !